Les Ducharme

Accueil • Début
 

 

 

 

Chronique familiale de l'ancêtre Louis Tétreau (dit Ducharme)

Cette généalogie a été préparée en collaboration avec le généalogiste Jean-Jacques LEBEAU

L'histoire de Louis a été établie sur 11 générations

L’ancêtre Louis Tétreau traverse l'Atlantique en 1659, une époque où cette aventure est incertaine, possiblement affreuse et toujours une longue épreuve. La traversée Est-Ouest est contre les vents dominants. Le navire est petit et donc plus facilement ballotté par la plus petite tempête. Pire encore est le calme, lorsque le navire bouge à peine. Alors que la plupart des traversées sont réalisées en environ un mois, certaines prennent aussi longtemps que trois mois en raison du calme. Plus la traversée est longue, plus est le danger que l'eau et les fournitures alimentaires du navire deviennent épuisées ou même gâtées. Le navire est surchargé de passagers et toute maladie à bord est rapidement transmise à d'autres passagers.
 
Louis connaissait ces dangers avant de monter sur le navire et a démontré alors une certaine détermination et de la bravoure.
 
Louis Tétreau a contracté pour devenir serviteur pour les Jésuites, à Trois-Rivières, pour une période de 36 mois. Ce contrat lui donne les moyens de traverser l'Atlantique et survivre jusqu'à ce qu'il s’installe. Ce fut surprenant d'apprendre que Louis, contrairement à la coutume, casse son contrat en quittant l’emploi des Jésuites avant le terme convenu de trente-six mois. Il est poursuivi devant la Cour et condamné à une sévère amende.
 
Le résultat précis de ce procès n’est pas connu, mais Louis a contesté sa condamnation devant la Cour et n’est pas revenu chez les Jésuites pour terminer son mandat. Louis, qui a des amis importants à Trois-Rivières, a probablement reçu de l'aide pour éviter la punition complète. En outre, quelques années plus tard, Louis payera 200 livres aux Jésuites pour une dette inconnue. C’était, peut-être, pour rembourser une partie ou la totalité du bien qu’il a reçu avant de rompre son contrat.

À la fin de 1662, Louis loue une ferme des Jésuites pendant quatre ans. Pendant ce temps, Noëlle Landeau, sa future épouse, a marié Jean Beaudoin à Trois-Rivières en 1659. Ce jeune couple engendra un premier enfant en 1661 et un second, en 1662. Cependant, en 1662, son mari et leur premier enfant meurent de causes inconnues.
 
Au cours de 1662, Louis et Noëlle se rencontrent et apprennent à mieux se connaître. Le 20 janvier 1663, ils signent un contrat de mariage dans lequel Louis promet de marier
Noëlle Landeau dès qu'elle le jugera approprié. Il reconnaît la fille de Noëlle, Madeleine Beaudoin, comme son propre enfant avec les mêmes droits que ses futurs enfants. Noëlle apporte au mariage la propriété laissée par son défunt mari. Probablement par respect pour son mari décédé, Noëlle a attendu jusqu'au 9 juin pour épouser Louis, près de six mois après le contrat de mariage.
 
Outre sa fille avec Jean Beaudoin, Noëlle donnera à son mari, Louis, neuf enfants. Les familles nombreuses ne sont pas rares parmi les Canadiens français. Seulement un de ses enfants meurt à un jeune âge, c’est Michel à 3 ans. Un Iroquois tue son fils aîné, Claude, qui a 29 ans et célibataire. Claude travaillait comme voyageur pour le transport des fourrures et des fournitures entre Montréal et l’immensité du pays.
 
Louis déménage sa famille croissante de Trois-Rivières au Cap-de-la-Madeleine à Champlain à Arbre-de-la-Croix et enfin à Marsolet. Les deux derniers fiefs sont dans la paroisse de Champlain. En 1674, Louis et Noëlle bâtissent leur maison à Marsolet et y est resteront pendant 16 ans. Six de ses jeunes enfants suivront l'école des religieuses à Champlain et apprendront, entre autres, à signer leur nom.
 
Un de ses fils, Louis, décède à l'hôpital de Montréal d'une maladie mystérieuse, à l'âge de 30 ans. Marié, mais sans enfant, il était voyageur de commerce, mais n’avait pas trop réussi. Il a été le «mouton noir» de la famille. Tous les autres enfants se sont mariés et ont eu de grandes familles. Marie, la fille aînée, mariera un homme à la santé fragile et qui a des problèmes financiers continuels. Elle était considérée comme une femme forte. Le plus jeune enfant, Jean Baptiste "étudia pour le sacerdoce" mais abandonna peu de temps après sa tonsure par Mgr de Laval, premier évêque de la Nouvelle-France, pour devenir instituteur puis notaire royal. Marié et il a eu quatre enfants. Il est décédé subitement à 45 ans lors d'un voyage à Louisbourg. Un autre fils, Joseph-Marie, s’est marié deux fois et a engendré un total de 21 enfants dont sept fils qui ont survécu et tous ont une famille nombreuse. Ce fils a beaucoup contribué à la lignée des Tétrault, aussi connue comme Ducharme.
 
Un des événements les plus surprenants de la vie de
Louis Tétreau est lorsqu’il donne la main de sa belle-fille en mariage à un voisin alors qu'elle n’a que 12 ans! Ce voisin, Martin Foisy, de 31 ans, était veuf, riche et sans enfants.
 
L'âge minimum canonique de se marier pour les filles était de 12 ans et l'État donnait des incitations financières pour que les filles se marient jeunes et aient des enfants. D'autre part, il y avait des sanctions pour ceux qui ne se mariaient pas. Donc, les jeunes mariages n’étaient pas rares à cette époque. Ce fut ainsi pour Daniel, le fils de Louis, qui a épousé une veuve qui avait été mariée à 12 ans.
 
Sa belle-fille, Madeleine Beaudoin, a donné naissance à 11 enfants. Son dernier enfant est mort-né en 1703 et elle décéda deux mois plus tard à l'âge de 41 ans. La vie était dure pour les femmes.
 
Avec l'agriculture, l'occupation principale de
Louis Tétreau est le défrichement. Il s’agit de récupérer la terre de la forêt par la coupe des arbres, arrachant les souches et brûlant des broussailles. Louis est si habile à ce travail qu'il accumule un pécule agréable qu’il laissera éventuellement  à ses enfants. Il deviendra prospère en obtenant des terres à bas prix du seigneur d'un fief et en revendant une partie plus cher. Entre 1661 et 1699, l’ancêtre fait trois location de terres, huit achats de terres et obtient cinq concessions de terres d'un seigneur.
 
Pour l'emplacement de la maison familiale, Louis acquiert une grande terre de 609 acres dans le fief de Marsolet. Même si seulement une petite fraction de cette terre a été autorisée pour agriculture, ce fut tout un exploit alors que le colon moyen n’avait que 75 acres.
 
Après 16 ans sur la ferme familiale à Marsolet,
Louis Tétreau décide de déménager sa famille à Montréal. Le 15 janvier 1690, il loue un lot de 96'X31' sur la rue Saint-Vincent et contracte pour la construction d’une maison sur ce lot. La conception de cette maison est un composite de toutes ses expériences sur une période de 55 ans. Cette maison a été recouverte de planches se chevauchant de sorte que la maison avait, en fait, une double couverture, deux salles de sous-sol et une cave, grenier, cour et jardin. Une cheminée de maçonnerie et un poêle en brique dans la chambre (Noëlle était probablement sensible au froid la nuit). Le lot a été clôturé avec des poteaux en bois et contenait une écurie construite en bois, en plus de la maison. Pendant la construction de la maison, la famille loue une ferme à Longueuil, face au fleuve Saint-Laurent devant Montréal.
 
Plus tard, la maison en bois de Louis a été démolie et remplacée par une structure de pierres. La pierre était devenue une exigence à Montréal en raison de l'effet dévastateur de l'incendie d'une maison qui s'était propagée sur les autres bâtiments à proximité. La structure en pierre construite sur le site de la maison de l’ancêtre est toujours debout aujourd'hui et abrite un restaurant sophistiqué: Le Père Saint-Vincent.
 
Après avoir passé neuf années dans la région de Montréal et six de ces années dans sa nouvelle maison sur la rue Saint-Vincent, Louis décide de vendre cette propriété et de retourner à sa ferme bien-aimée de Marsolet. Il la vend le 7 janvier 1699, mais une clause dans le contrat de vente lui permet de rester dans sa maison jusqu'à la fête de saint Jean-Baptiste (24 Juin).
 
Louis est à Montréal, le 7 mars 1699, car, ce jour-là, il est témoin à un mariage à l'église Notre-Dame. Il décède le 22 juin 1699, à Marsolet. Donc, quelque part entre mars et juin, Louis, Noëlle et leur fils, Joseph-Marie, sont retournés à la ferme familiale.
 
Louis Tétreau avait un profond attachement pour son ancienne ferme et pour la terre où il avait pratiqué le défrichage, l’agriculture et l’élevage pendant toutes ces années. C'est la raison pour laquelle il est retourné à ses racines avant de rendre son dernier souffle.
 
Noëlle Landeau illustre la femme forte de la Bible qui fait ses bonnes actions dans l'ombre de son mari. Le fait qu'elle ait élevé dix enfants sur une terre dure au Canada nous en dit long sur ce genre de femme qu'elle était. 

Après la mort de son mari, sa santé n'est pas bonne mais elle continue à remplir ses devoirs. Elle tombe gravement malade en janvier 1700 et, pensant qu'elle est sur le point de mourir, écrit un sommaire de ses dernières volontés dans lequel elle donne son argent à l'Église de Champlain, aux Pères récollets et pour les messes de Requiem. Mais sa santé revient après avoir frôlé la mort. Elle réalise sa mortalité et décide de se concentrer sur sa mort pour le reste de ses jours.
 
Premièrement, elle fait un nouveau testament qui marque sa profonde dévotion. Elle demande à être enterrée dans la soutane brune du Tiers-Ordre de saint François et elle donne 200 francs à son plus jeune fils qui étudie pour la prêtrise. Deuxièmement, elle aide sa fille, Marie, qui a des problèmes financiers. Troisièmement, elle est clémente envers l'acheteur de sa maison de Montréal qui est en retard dans ses paiements hypothécaires. Quatrièmement, elle vend la ferme familiale de Marsolet et retourne à Montréal.
 
En 1706,
Noëlle Landeau devient très malade à nouveau et décède le 24 septembre 1706. Elle laisse un petit héritage à chacun de six enfants survivants avec Louis et aux sept enfants de sa fille décédée, Madeleine Beaudoin.

Source: généalogie des Pelletier

 

 

 

 

 

Génération 1

 

1.  LOUIS1 TÉTREAU (fils de Mathurin Tétreau et Marie Bernard) est né le 8 janvier 1631 à St-Martin de Louin ar. Parthenay év. Poitier, Poitou (Deux-Sèvres), et meurt le 22 juin 1699 à Champlain. Il épousa MARIE-NOELLA-NATHALIE LANDEAU le 9 juin 1663 à Trois-Rivières, fille de JEAN LANDEAU et MARIE AUBERT. Elle meurt le 24 septembre 1706 à Montréal.

   

Les enfants de LOUIS TÉTREAU et MARIE-NOELLA-NATHALIE LANDEAU sont:

              i.   MARIE-THÉRÈSE2 TÉTREAU, b. 7 mars 1664, Trois-Rivières; d. 12 juillet 1754, St-Sulpice; m. PAUL DESMARAIS MARET, 14 octobre 1681, Champlain.

             ii.   CLAUDE TÉTREAU, b. 23 avril 1666, Trois-Rivières; d. 16 septembre 1695, Montréal.

            iii.   LOUIS TÉTREAU, b. vers 1669, en un endroit indéterminé au Québec; d. 31 juillet 1699, Montréal; m. GENEVIÈVE BRUNET BELHUMEUR, 4 juin 1695, Montréal.

            iv.   JACQUES TÉTREAU, b. vers 1672, en un endroit indéterminé au Québec; d. 2 août 1741, Verchères; m. MARGUERITE BRUNET, BELHUMEUR, 15 octobre 1698, Montréal.

             v.   DANIEL TÉTREAU, b. vers 1674, en un endroit indéterminé au Québec; d. 16 octobre 1748, Verchères; m. MARIE-CATHERINE CHARRON, 26 juin 1695, en un endroit indéterminé au Québec.

            vi.   MARIE-FRANÇOISE TÉTREAU, b. 1676, en un endroit indéterminé au Québec; d. 28 janvier 1748, Longueuil; m. LAURENT BENOÎT, LIVERNOIS, 12 novembre 1691, Boucherville.

2.        vii.   JOSEPH TÉTREAU DIT DUCHARME, b. vers 1678, en un endroit indéterminé au Québec; d. 5 mars 1762, Verchères.

          viii.   MICHEL TÉTREAU, b. 23 avril 1681, Champlain; d. 10 juillet 1684, Champlain.

            ix.   JEAN-BAPTISTE TÉTREAU, b. 24 octobre 1683, Champlain; d. 6 août 1728, Île-du-Cap-Breton; m. MARIE-JEANNE TAILLANDIER, LABAUME, 8 juillet 1710, Boucherville.

 

 

Génération 2

 

2.  JOSEPH TÉTREAU DIT2 DUCHARME (LOUIS1 TÉTREAU, TÉTRO) est né vers 1678  en un endroit indéterminé au Québec, et meurt le 5 mars 1762 à Verchères. Il épousa MARIE-ANNE JARED, BEAUREGARD le 12 juin 1700 à Montréal, fille d’ANDRÉ JARED et MARIE-MARGUERITE ANTIOME. Elle meurt le 30 mai 1746 à Verchères.

   

Les enfants de JOSEPH DUCHARME et MARIE-ANNE JARED sont:

              i.   LOUIS3 TÉTREAU-DUCHARME, b. vers 1701, en un endroit indéterminé au Québec; d. 23 septembre 1723, Verchères; m. ANNE-MARGUERITE FONTAINE, BIENVENUE, 23 février 1721, Contrecœur.

             ii.   JOSEPH TÉTREAU-DUCHARME, b. vers 1703, en un endroit indéterminé au Québec; d. 2 mars 1755, St-Charles-sur-Richelieu; m. MARIE-CHARLOTTE GUERTIN, 18 janvier 1729, Verchères.

            iii.   MARIE-THÉRÈSE TÉTREAU-DUCHARME, b. 1 octobre 1704, Contrecœur; d. 14 mai 1778, Varennes; m. PIERRE GIRARD, 6 avril 1723, Contrecœur.

            iv.   MARIE-FRANÇOISE TÉTREAU-DUCHARME, b. vers 1706, en un endroit indéterminé au Québec; d. 23 décembre 1769, Varennes; m. RENÉ GODU SANSCHAGRAIN, 9 février 1723, Contrecœur.

             v.   MICHEL TÉTREAU-DUCHARME, b. 17 avril 1708, Contrecœur; d. 28 septembre 1728, Verchères; m. MARIE-FRANÇOISE-LOUISE VOLANT, FOSSENEUVE, 26 avril 1728, Contrecœur.

3.         vi.   FRANÇOIS TÉTREAU-DUCHARME, b. 22 septembre 1710, Contrecœur; d. 22 février 1750, St-Charles-sur-Richelieu.

           vii.   MARIE-ANNE TÉTREAU-DUCHARME, b. vers 1712, en un endroit indéterminé au Québec; d. 28 mars 1762, Varennes; m. JEAN-BAPTISTE-MARIE BRODEUR, LAVIGNE, 11 novembre 1727, Verchères.

          viii.   JEAN-BAPTISTE TÉTREAU-DUCHARME, b. vers 1714, en un endroit indéterminé au Québec; d. 21 juillet 1752, St-Charles-sur-Richelieu; m. MARIE-ANGÉLIQUE BENOÎT, LIVERNOIS, 7 février 1735, Verchères.

            ix.   MARIE MARGUERITE TÉTREAU-DUCHARME, b. vers 1716, en un endroit indéterminé au Québec; d. 10 août 1749, Rivière-des-Prairies; m. FRANÇOIS HOGUE, 3 novembre 1734, Verchères.

             x.   MARIE-MADELEINE TÉTREAU-DUCHARME, b. 20 février 1718, Contrecœur; d. 9 décembre 1794, St-Charles-sur-Richelieu; m. JOSEPH GUYON, LEMOINE DION, 7 octobre 1737, Verchères.

            xi.   MARIE-JEANNE TÉTREAU-DUCHARME, b. 17 juillet 1719, Contrecœur; d. 27 avril 1742, Verchères; m. GABRIEL CHEVREFILS, BÉLISLE, 22 novembre 1740, Verchères.

           xii.   ANONYME TÉTREAU-DUCHARME, b. 28 juillet 1721, Contrecœur; d. 28 juillet 1721, Contrecœur.

          xiii.   JOACHIM TÉTREAU-DUCHARME, b. 9 juillet 1723, Contrecœur; d. 6 avril 1778, Verchères; m. MARIE-BARBE TRUDEAU, 13 janvier 1744, Longueuil.

          xiv.   GABRIEL TÉTREAU-DUCHARME, b. 7 mars 1725, Verchères; m. MARIE-JEANNE-ANNE DERANLEAU, CHATEAUNEUF, 9 mai 1744, Verchères.

 

 

Génération 3

 

3.  FRANÇOIS3 TÉTREAU-DUCHARME (JOSEPH TÉTREAU DIT2 DUCHARME, LOUIS1 TÉTREAU, TÉTRO) est né le 22 septembre 1710 à Contrecœur, et meurt le 22 février 1750 à St-Charles-sur-Richelieu. Il épousa GENEVIÈVE BENOÎT, LIVERNOIS le 21 mai 1731 à St-François-Xavier, Verchère, fille de FRANÇOIS BENOÎT et MARIE-ANGÉLIQUE CHAGNON. Elle meurt le 28 mars 1787 à St-Charles-sur-Richelieu.

   

Les enfants de FRANÇOIS TÉTREAU-DUCHARME et GENEVIÈVE BENOÎT sont:

              i.   MARIE-JOSEPHE4 TÉTREAU-DUCHARME, b. 24 mars 1732, Verchères; d. 23 mars 1751, St-Charles-sur-richelieu; m. TOUSSAIN LOISELLE, 30 janvier 1747, Saint-Charles sur Richelieu.

             ii.   FRANÇOISE-AMABLE TÉTREAU-DUCHARME, b. 5 octobre 1733, Verchères; d. 12 avril 1770, St-Charles-sur-richelieu; m. LOUIS BEAUDRY, 20 novembre 1752, Saint-Charles sur Richelieu.

            iii.   FRANÇOIS TÉTREAU-DUCHARME, b. 1 octobre 1735, Verchères; d. 21 mars 1810, St-Marc-sur-Richelieu; m. MARIE-LOUISE BOUSQUET, 16 janvier 1758, Saint-Denis-sur-Richelieu.

            iv.   MARIE-JUDITH TÉTREAU-DUCHARME, b. 13 octobre 1736, Verchères; d. 13 octobre 1772, St-Charles-sur-Richelieu; m. LOUIS NORMANDIN, 8 janvier 1759, Saint-Charles sur Richelieu.

             v.   JEAN-BAPTISTE TÉTREAU-DUCHARME, b. 20 avril 1740, Verchères; d. 27 mai 1742, St-Charles-sur-Richelieu.

            vi.   MICHEL TÉTREAU-DUCHARME, b. 19 août 1741, St-Charles-sur-Richelieu; d. 12 mars 1747, St-Charles-sur-Richelieu.

4.        vii.   JEAN-BAPTISTE TÉTREAU-DUCHARME, b. 13 février 1743, St-Charles-sur-richelieu; d. 30 décembre 1807, St-Charles-sur-richelieu.

          viii.   TOUSSAINT TÉTREAU-DUCHARME, b. 18 août 1744, St-Charles-sur-Richelieu; d. 22 septembre 1744, St-Charles-sur-Richelieu.

            ix.   MARGUERITE TÉTREAU-DUCHARME, b. 28 octobre 1745, St-Charles-sur-Richelieu; d. 24 avril 1782, St-Denis-sur-Richelieu; m. JEAN-MARIE COURTEMANCHE, 7 février 1763, Saint-Charles sur Richelieu.

             x.   JOSEPH TÉTREAU-DUCHARME, b. 24 juillet 1747, St-Charles-sur-Richelieu; d. 6 septembre 1747, St-Charles-sur-Richelieu.

            xi.   MARIE-GENEVIÈVE TÉTREAU-DUCHARME, b. 22 septembre 1748, St-Charles-sur-Richelieu; d. 30 septembre 1814, St-Antoine-sur-Richelieu; m. PIERRE-AMABLE ARCHAMBAULT, 23 janvier 1764, Saint-Charles sur Richelieu.

           xii.   MARIE-JEANNE TÉTREAU-DUCHARME, b. 25 février 1750, St-Charles-sur-Richelieu; d. 4 mars 1750, St-Charles-sur-Richelieu.

 

 

Génération 4

 

4.  JEAN-BAPTISTE4 TÉTREAU-DUCHARME (FRANÇOIS3, JOSEPH TÉTREAU DIT2 DUCHARME, LOUIS1 TÉTREAU, TÉTRO) est né le 13 février 1743 à St-Charles-sur-richelieu, et meurt le 30 décembre 1807 à St-Charles-sur-richelieu. Il épousa MARIE-ANNE VALLIÈRE le 5 mars 1764 à Saint-Charles sur Richelieu, fille d’AUGUSTIN VALLIÈRE et ANNE PROILLET. Elle meurt le 2 juin 1801 à St-Marc-sur-Richelieu.

   

Les enfants de JEAN-BAPTISTE TÉTREAU-DUCHARME et MARIE-ANNE VALIÈRE sont:

              i.   JEAN-BAPTISTE5 TÉTREAU-DUCHARME, b. 28 janvier 1765, St-Charles-sur-richelieu; d. 25 septembre 1832, St-Marc-sur-Richelieu; m. MARIE-JOSEPHE ST-FRANCOIS, 25 septembre 1786, Beloeil.

5.          ii.   AUGUSTIN TÉTREAU-DUCHARME, b. 11 février 1766, St-Charles-sur-Richelieu; d. 24 novembre 1849, St-Marc-sur-Richelieu.

            iii.   FRANÇOIS TÉTREAU-DUCHARME, b. 30 octobre 1767, St-Charles-sur-Richelieu; d. 3 avril 1821, St-Charles-sur-Richelieu; m. VICTOIRE DUBUC, 1 février 1796, Saint-Marc-sur-Richelieu.

            iv.   LOUIS TÉTREAU-DUCHARME, b. 19 décembre 1769, St-Charles-sur-Richelieu; d. 26 août 1832, St-Charles-sur-Richelieu; m. MARIE-CATHERINE BONIN, 23 septembre 1795, Saint-Denis.

             v.   MARIE-ANNE TÉTREAU-DUCHARME, b. 10 septembre 1771, St-Charles-sur-Richelieu; d. 18 mars 1830, St-Charles-sur-Richelieu; m. PIERRE FONTAINE, 17 août 1795, Saint-Marc-sur-Richelieu.

            vi.   MICHEL TÉTREAU-DUCHARME, b. 28 septembre 1773, St-Charles-sur-Richelieu; d. 14 août 1848, St-Marc-sur-Richelieu; m. MARGUERITE LOISELLE, 22 novembre 1803, Saint-Marc-sur-Richelieu.

           vii.   JEAN-MARIE TÉTREAU-DUCHARME, b. 6 septembre 1775, St-Charles-sur-Richelieu; m. CATHERINE CHICOINE, 27 juillet 1801, Saint-Jean-Baptiste.

          viii.   DOMINIQUE TÉTREAU-DUCHARME, b. vers 1776; m. MARGUERITE MESSIER, ST-FRANÇOIS, 8 octobre 1804, Saint-Charles-sur-Richelieu.

            ix.   PIERRE TÉTREAU-DUCHARME, b. 11 mars 1778, St-Charles-sur-Richelieu.

             x.   JOSEPH-MARIE TÉTREAU-DUCHARME, b. 10 mars 1780.

            xi.   PIERRE-VINCENT TÉTREAU-DUCHARME, b. 12 janvier 1782, St-Charles-sur-Richelieu.

           xii.   ROSE TÉTREAU-DUCHARME, b. 13 novembre 1783, St-Charles-sur-Richelieu; m. JEAN-BAPTISTE-MATHIEU GAUDRY, 7 février 1803, Saint-Marc-sur-Richelieu.

          xiii.   ESTHER TÉTREAU-DUCHARME, b. 9 octobre 1785, St-Charles-sur-Richelieu; d. 25 décembre 1843, St-Charles-sur-Richelieu; m. PRUDENT DION, 8 février 1808, Saint-Charles-sur-Richelieu.

          xiv.   ANDRÉ TÉTREAU-DUCHARME, b. 27 novembre 1787, St-Charles-sur-Richelieu; d. 2 avril 1838, St-Charles-sur-Richelieu; m. MARIE APOLLINE POIRIER, 23 octobre 1815, Longueuil.

 

 

Génération 5

 

5.  AUGUSTIN5 TÉTREAU-DUCHARME (JEAN-BAPTISTE4, FRANÇOIS3, JOSEPH TÉTREAU DIT2 DUCHARME, LOUIS1 TÉTREAU, TÉTRO) est né le 11 février 1766 à St-Charles-sur-Richelieu, et meurt le 24 novembre 1849 à St-Marc-sur-Richelieu. Il épousa CÉCILE TÉTREAU le 16 février 1795 à St-Marc sur richelieu, fille de JOSEPH TÉTREAU et MARIE-ANNE BISSONNET. 

   

Les enfants d’AUGUSTIN TÉTREAU-DUCHARME et CÉCILE TÉTREAU sont:

6.           i.   EDOUARD6 TÉTREAU-DUCHARME.

             ii.   MARIE TÉTREAU-DUCHARME, m. FRANÇOIS BENOÎT, 11 juillet 1813, Saint-Marc-sur-Richelieu.

            iii.   JULIE TÉTREAU-DUCHARME, m. PRUDENT LOISELLE, 7 février 1817, Saint-Marc-sur-Richelieu.

            iv.   LUCIE TÉTREAU-DUCHARME, m. BASILE DUFRESNE, 23 juin 1817, Saint-Marc-sur-Richelieu.

             v.   AUGUSTINE TÉTREAU-DUCHARME, m. PIERRE BOURQUE, 4 juillet 1820, Saint-Marc-sur-Richelieu.

            vi.   ÉMILIE TÉTREAU-DUCHARME, m. JOACHIM-THOMAS JACQUES, 21 juin 1825, Saint-Marc-sur-Richelieu.

           vii.   MARCELLINE TÉTREAU-DUCHARME, m. ABRAHAM BLANCHARD, 25 octobre 1825, Saint-Marc-sur-Richelieu.

          viii.   MÉLANIE TÉTREAU-DUCHARME, m. FRANÇOIS BRIN, 23 novembre 1830, Saint-Marc-sur-Richelieu.

 

 

Génération 6

 

6.  EDOUARD6 TÉTREAU-DUCHARME (AUGUSTIN5, JEAN-BAPTISTE4, FRANÇOIS3, JOSEPH TÉTREAU DIT2 DUCHARME, LOUIS1 TÉTREAU, TÉTRO). Il épousa MARIE-CÉLESTE MONAST le 4 octobre 1825 à Saint-Hilaire, fille de JOSEPH MONAST et CHARLOTTE MASSE. 

   

Les enfants d’EDOUARD TÉTREAU-DUCHARME et MARIE-CÉLESTE MONAST sont:

7.           i.   MARC-EDMOND7 TÉTREAU-DUCHARME, ÉCUYER.

             ii.   LIBERE TÉTREAU-DUCHARME, m. HERMÉNÉGILDE JEANNOTE, 4 octobre 1849, Saint-Marc-sur-Richelieu.

            iii.   MARIE-MALVINA TÉTREAU-DUCHARME, m. TOUSSAIN AYET, MALO, 11 juillet 1853, Saint-Marc-sur-Richelieu.

            iv.   HERMENIE TÉTREAU-DUCHARME, m. CHARLES LÉVESQUE, 7 janvier 1861, Saint-Marc-sur-Richelieu.

             v.   MARIE-ANNE TÉTREAU-DUCHARME, m. LÉON PERRON, 30 octobre 1871, Saint-Marc-sur-Richelieu.

            vi.   MARIE TÉTREAU-DUCHARME, m. AGAPIT DUCHARME, 18 octobre 1882, Saint-Marc-sur-Richelieu.

           vii.   JOSEPH TÉTREAU-DUCHARME, m. ELMIRE MASSY, 7 février 1899, Saint-Marc-sur-Richelieu.

 

 

Génération 7

 

7.  MARC-EDMOND7 TÉTREAU-DUCHARME, ÉCUYER (EDOUARD6, AUGUSTIN5, JEAN-BAPTISTE4, FRANÇOIS3, JOSEPH TÉTREAU DIT2 DUCHARME, LOUIS1 TÉTREAU, TÉTRO). Il épousa MARIE-ANNE LÉVESQUE le 7 janvier 1856 à St-Marc sur richelieu, fille de PAUL LÉVESQUE et ÉLISABETH COULOMBE. 

   

Les enfants de MARC-EDMOND TÉTREAU-DUCHARME et MARIE-ANNE LÉVESQUE sont:

8.           i.   ALVARES8 DUCHARME, b. juin 1871; d. 23 novembre 1936, St-Marc-sur-Richelieu.

             ii.   JOSEPH-MARC-EDOUARD DUCHARME, b. 3 janvier 1857, St-Marc-sur-Richelieu; d. 10 janvier 1857, St-Marc-sur-Richelieu.

            iii.   MARIE-ANNE-HENRIETTE-ALBERTINE DUCHARME, b. 6 juillet 1864, St-Marc-sur-Richelieu.

            iv.   JOSEPH-MARC-EDMOND DUCHARME, b. 16 octobre 1866, St-Marc-sur-Richelieu; m. MARIE-OLIVINE PIGEON, 18 août 1889, Verchères.

             v.   JOSEPH-PROSPER-PAUL DUCHARME, b. 29 décembre 1869, St-Marc-sur-Richelieu; d. 6 février 1870, St-Marc-sur-Richelieu.

 

 

Génération 8

 

8.  ALVARES8 DUCHARME (MARC-EDMOND7 TÉTREAU-DUCHARME, ÉCUYER, EDOUARD6, AUGUSTIN5, JEAN-BAPTISTE4, FRANÇOIS3, JOSEPH TÉTREAU DIT2 DUCHARME, LOUIS1 TÉTREAU, TÉTRO) est né vers 1871, et meurt le 23 novembre 1936 à St-Marc-sur-Richelieu. Il épousa (1) ERNESTINE DUHAMEL le 26 juin 1893 à St-Marc sur richelieu, fille de NAPOLÉON DUHAMEL et ADELINE BISSONNET. Il épousa (2) ROSE-ALBA TURCOTTE 12 novembre 1928 à Ste-Catherine D'Alexandrie. 

 

   

Les enfants d’ALVARES DUCHARME et ERNESTINE DUHAMEL sont:

9.           i.   JOSEPH-JOACHIM-MARC-ALVARES9 DUCHARME, PEINTRE, b. 15 juillet 1897, St-Marc-sur-Richelieu; d. 1985.

             ii.   JOS-EDMOND-GEORGES-ÉTIENNE DUCHARME, b. 18 novembre 1900, St-Marc-sur-Richelieu.

            iii.   JOS-PHILIPPE-AGAPIT-MARC DUCHARME, b. 28 juin 1904, St-Marc-sur-Richelieu; m. EXILDA BEAUDRY, 23 juillet 1929, Montréal.

            iv.   MARIENNE-ANGÉLINE DUCHARME, b. 11 janvier 1915, St-Marc-sur-Richelieu; m. MARCEL MALO, 20 juillet 1940, Saint-Marc-sur-Richelieu.

 

 

Génération 9

 

9.  JOSEPH-JOACHIM-MARC-ALVARES9 DUCHARME, PEINTRE (ALVARES8, MARC-EDMOND7 TÉTREAU-DUCHARME, ÉCUYER, EDOUARD6, AUGUSTIN5, JEAN-BAPTISTE4, FRANÇOIS3, JOSEPH TÉTREAU DIT2 DUCHARME, LOUIS1 TÉTREAU, TÉTRO) est né le 15 juillet 1897 à St-Marc-sur-Richelieu, et meurt le 1985. Il épousa GERMAINE MARCHAND 14 septembre 1926 à St-Octave Montréal est, fille de WILFRID MARCHAND et MARIE-ANNE BISSONNET. 

   

Les enfants de JOSEPH-JOACHIM-MARC-ALVARES DUCHARME et GERMAINE MARCHAND sont:

              i.   JOSEPH-ÉMILE-OCTAVE10 DUCHARME, b. 8 janvier 1928, St-Octave, Montréal est.

             ii.   JOSEPH-WILFRID-MARC-ROLLAND DUCHARME, b. 3 décembre 1929, St-Octave, Montréal est.

10.       iii.   JOSEPH-MARC-JEAN-GUY DUCHARME, b. 26 juin 1931, St-Octave, Montréal est.

            iv.   MARIE-JEANNINE-ADRIENNE DUCHARME, b. 1933, Immaculée, Montréal.

             v.   MARC-GEORGES-YVES DUCHARME, b. 11 août 1935, Saint-Louis-de-France.

            vi.   JOSEPH-ROGER DUCHARME, b. 12 octobre 1937, St-Jean Baptiste Montréal.

           vii.   MARIE-MAC-ANDRÉE-CLAUDETTE DUCHARME, b. 5 septembre 1939, Notre-Dame-des-Victoires.

          viii.   MICHEL DUCHARME, b. 4 octobre 1943.

 

 

Génération 10

 

10.  JOSEPH-MARC-JEAN-GUY10 DUCHARME (JOSEPH-JOACHIM-MARC-ALVARES9, ALVARES8, MARC-EDMOND7 TÉTREAU-DUCHARME, ÉCUYER, EDOUARD6, AUGUSTIN5, JEAN-BAPTISTE4, FRANÇOIS3, JOSEPH TÉTREAU DIT2 DUCHARME, LOUIS1 TÉTREAU, TÉTRO) est né le 26 juin 1931 à St-Octave, Montréal est. Il épousa (1) COLETTE DUBÉ le 1 juillet 1950 à Paroisse Saint-Victor, Montréal, fille de GEORGES DUBÉ et LUCIA NÉRON. Il s’unit (2) VIOLETTE BOURASSA vers 1967 à Montréal, fille de JOSEPH BOURASSA et MARIE DINA BOISVERT. 

   

L’enfant de JOSEPH-MARC-JEAN-GUY DUCHARME et COLETTE DUBÉ est:

              i.   NORMAND11 DUCHARME.

 

L’enfant de JOSEPH-MARC-JEAN-GUY DUCHARME et VIOLETTE BOURASSA est:

             ii.   PAUL11 DUCHARME.